L'info du mois

L’Ademe veut construire la transition avec les régions

L’Ademe reconsidère aujourd’hui l’ambition et les modalités de ses interventions au niveau local. Elle veut dépasser le classique accompagnement pour « coconstruire » la transition énergétique et écologique avec les partenaires régionaux en fonction de leurs spécificités.

PAR PATRICK PIRO - NOVEMBRE 2018
@ADEME

L’implication de l’Ademe auprès des régions, et à des niveaux conséquents, ne date pas d’hier. Entre 2009 et 2016, l’agence y a distribué près de 1,3 milliard d’euros d’aides dans les domaines de l’énergie, des déchets, de l’urbanisme, etc. Cependant, l’Ademe reconsidère aujourd’hui l’ambition et les modalités de ses interventions au niveau local, car le paysage change. Tout d’abord, les objectifs de la transition énergétique et écologique ont monté la barre, et il faut aller vite. Ensuite, les collectivités ont acquis des prérogatives accrues dans ce domaine, affirmant de plus en plus souvent la volonté politique de passer à l’action à grande échelle et durablement. Enfin, la transition est non seulement perçue comme une voie pour la lutte climatique et l’autonomie énergétique, mais aussi pour le développement économique et l’emploi local.

Des observatoires orientés vers les besoins des régions

Pour marquer son ambition d’amplifier l’engagement des collectivités dans ce contexte en mutation, l’Ademe vient de publier une Stratégie collectivités 2017-2022. Il s’agit notamment de dépasser le classique accompagnement pour « coconstruire » la transition énergétique et écologique avec les partenaires régionaux en fonction de leurs spécificités. Certains partenariats déjà engagés ébauchent cette approche.

En Nouvelle-Aquitaine, l’Ademe copilote deux observatoires régionaux orientés vers les besoins des collectivités — sur l’énergie et les gaz à effet de serre, ainsi que les déchets et l’économie circulaire.

Dans le Grand Est, Climaxion, qui s’affiche comme une « nouvelle étape » du partenariat historique avec l’Ademe, vise à « créer un écosystème favorable » à la transition. Le programme offre un site permettant aux collectivités de trouver rapidement des interlocuteurs et des informations, ainsi que la mutualisation de moyens pour rendre les collaborations plus efficaces.

En Occitanie, qui veut devenir la première région « à énergie positive » d’Europe à l’horizon 2050, l’Ademe s’est étroitement impliquée dans la réalisation d’une étude prospective destinée à définir une trajectoire propre à réaliser cet objectif.

L’ambition globale est d’un niveau très élevé également dans les Hauts-de-France, qui ont décidé de mettre en œuvre la « troisième révolution industrielle ». Conceptualisée par le prospectiviste américain Jeremy Rifkin, elle consiste à conduire une transition conjointement écologique et économique. L’agence est également un partenaire privilégié de la démarche (études, contrats d’objectifs, etc.).

Autant d’exemples dont pourraient s’inspirer les autres régions. Celles-ci sont désormais appelées à coconstruire, avec l’Ademe, une transition énergétique et écologique sur mesure, avec une ambition nouvelle.