Le tour de la question

Les collectivités locales, partenaires naturels des centrales villageoises

Fin mars, la centrale villageoise du Solaret, sur le territoire de la communauté de communes Cœur de Savoie, était inaugurée à l’occasion d’une rencontre organisée par l’Association nationale des centrales villageoises qui fédère 37 centrales à ce jour.

PAR CHRISTEL LECA - AVRIL 2019
Une installation de 36 kW sur le toit du pôle multi-activité mis à la disposition de la centrale villageoise du Solaret par la commune de Saint-Pierre-d’Albigny. © Solaret

Pour Rémy Saint-Germain, vice-président de la communauté de communes et adjoint au maire de Saint-Pierre-d’Albigny chargé de la vie sociale et de la vie associative, « les collectivités locales se fixent des objectifs en termes d’énergies renouvelables et de maîtrise de l’énergie qu’elles ne peuvent pas mettre en œuvre seules. Tous les acteurs du territoire sont les bienvenus pour les mener à bien et, parmi eux, les centrales villageoises (CV). Ce sont des structures intéressantes aussi parce qu’elles s’inscrivent dans une démarche de participation des citoyens et donnent du sens à des notions parfois floues pour le public, comme la transition énergétique ou le développement durable. Équiper des toits ou des parkings, voilà du concret ! »

À la demande de la communauté de communes, son actionnaire, la centrale villageoise du Solaret a fixé son périmètre d’action sur le territoire de Cœur de Savoie. « Cela contribue à construire une identité pour le bassin de vie autour d’un projet commun qui va s’étendre à d’autres acteurs, puisque la centrale, dans une deuxième phase, va rechercher des toits auprès des entreprises. »

Des élus, des communes et des citoyens

« Aucune centrale villageoise ne s’est montée sans les élus locaux », observe Christelle Claude, présidente de l’Association nationale. « Ils sont bien souvent moteurs. Pour la CV Nid’énergies, que je préside, un vice-président de la communauté de communes est lui-même allé témoigner pour convaincre les citoyens de participer au projet. »

Actionnariat, avances remboursables ou subventions, garanties de prêts bancaires, mise à disposition de toitures, soutien à l’organisation des réunions publiques, aides à la communication… « les communes ou communautés de communes s’engagent à des degrés divers, selon leurs moyens, mais elles sont incontournables », confirme Olivier Marin, administrateur de la CV du Solaret et de l’Association nationale des CV. Cet ingénieur vient d’être embauché par Auvergne Rhône-Alpes Énergie Environnement pour aider au montage des projets de CV : trouver les toits sur lesquels installer des panneaux, rechercher des partenaires financiers et des subventions, etc. « Ces projets ont besoin du soutien des collectivités locales, mais il ne faut pas tout en attendre : c’est aux citoyens que revient l’initiative » et c’est tout l’intérêt, précise Olivier Marin.

En savoir plus : http://centralesvillageoises.fr/

La CV du Solaret, chiffres clés

Sur le territoire de Cœur de Savoie, 13 toitures (8 privées et 5 publiques) ont été équipées de panneaux photovoltaïques pour une production annuelle de 166 MWh et un investissement total de 350 k€. 113 actionnaires se répartissent le capital social variable de 88 k€.