Initiatives

Nouvelle-Aquitaine : rapprocher collectivités et citoyens pour œuvrer à la transition énergétique

Avec l’Ademe, la Région a lancé en 2017 un appel à projets pour accompagner les initiatives participatives et citoyennes. Onze projets lauréats ont déjà bénéficié d’un accompagnement technique et d’une aide financière.

PAR CLAIRE BAUDIFFIER - AVRIL 2019
L’association Soleil d’Ayen, en Corrèze, fait partie des lauréats. © Association Soleil d’Ayen.

En Nouvelle-Aquitaine, 115 collectivités (sur 153) se sont engagées à travers un plan climat air énergie territorial (PCAET) à diminuer la facture énergétique et à relocaliser une partie de l’économie liée. Pour les accompagner, la Région et l’Ademe ont lancé, en 2017-2018, un appel à projets pour favoriser les initiatives participatives et citoyennes. Qui vise-t-il ? Les citoyens, bien sûr, mais aussi les collectivités et les acteurs économiques du territoire. « L’idée est de pousser citoyens et collectivités à porter des projets ensemble. Ensuite, l’aide arrive en plusieurs temps : un temps d’accompagnement technique lors de la réflexion et de la recherche de références avec Cirena [centre de ressources qui fédère les projets citoyens d’énergies renouvelables dans la région, ndlr]. Puis un temps d’études, dont les frais sont en partie pris en charge, et enfin un temps d’investissements », détaille Cédric Sous, chargé de mission énergie-climat à l’Ademe Nouvelle-Aquitaine.

Énergies renouvelables électriques, thermiques, moyens de stockage et de gestion locale de ces productions, rénovation énergétique de bâtiments, développement de solutions favorisant la mobilité douce et propre… L’appel vise à faire émerger divers types de projets. Pour la première édition, 18 candidatures ont été reçues, dont 11 portant sur le développement d’électricité renouvelable. Portés par des citoyens, ces 11 projets ont finalement tous été financés, pour un total de 320 000 euros. « Le réseau Cirena, en plus de l’accompagnement en phase amont, est aussi intervenu en phase aval pour analyser et diffuser les conditions de la réussite des projets avec toujours la même ambition : que ceux-ci trouvent leur autonomie financière », poursuit Cédric Sous.

Installation d’une toiture photovoltaïque chez un propriétaire privé. © Association Soleil d’Ayen.

Une avance de trésorerie essentielle

L’association Soleil d’Ayen, en Corrèze, fait partie des lauréats. Via la SAS Soleil de l’Yssandonnais, elle a installé cinq toitures photovoltaïques (pour un total de 9 kW chacune) chez des propriétaires privés. « Heureusement que l’Ademe et la Région nous ont soutenus, que ce soit pour l’accompagnement juridique ou les études techniques. Sinon, ça aurait été beaucoup plus compliqué », estime Jérôme Perdrix, l’un des citoyens à l’origine de l’association. Les près de 15 000 euros d’aides perçues par la SAS leur ont aussi évité d’avancer de la trésorerie. « Et ça, c’était très important ! Avoir le soutien de ces deux entités rassure aussi, en tant que citoyens, sur le bien-fondé du projet, et c’est un gage de sérieux auprès des banques, même s’il n’est pas chose aisée de trouver un banquier vraiment à l’écoute sur ce genre d’initiative », se désole Jérôme Perdrix.

Deuxième édition 

L’appel à projets a été relancé pour 2018-2019, avec une enveloppe totale disponible de 600 000 euros. « Nous avons d’ores et déjà reçu davantage de projets qu’en 2017-2018, notamment de la part de collectivités, souligne Cédric Sous. L’objectif est vraiment de les accompagner sur les enjeux liés à la transition, tels l’appropriation territoriale, le développement local de filières de conception [l’un des critères pour être lauréat réside aussi dans le fait de choisir des installateurs locaux, ndlr], l’entretien et l’exploitation des équipements… Par exemple, 10 centrales photovoltaïques collectives par an à l’échelle d’une communauté de communes, c’est créer un poste d’installateur à temps plein, mais aussi avoir un revenu énergétique qui reste sur le territoire et qui permet d’investir dans des sujets qui trouvent plus difficilement leur équilibre budgétaire. »

Diverses réunions sont organisées pour que les collectivités (qui se sont lancées ou veulent se lancer) puissent se rencontrer et échanger sur les bonnes pratiques. La prochaine aura lieu à Angoulême le 22 mai.