Le tour de la question

CAUE : c’est quoi ? Ça sert à quoi ?

Au niveau départemental, les conseils d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement accompagnent gratuitement particuliers et collectivités dans leurs projets (construction, rénovation, énergies renouvelables…). Explications.

PAR CLAIRE BAUDIFFIER - JUIN 2019
©Panorama de l’action des CAUE edition 2019

Un CAUE, c’est quoi ?

Le conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement (CAUE) est un organisme investi d’une mission d’intérêt public. Il décline, au niveau départemental, les politiques nationales dans plusieurs champs : l’urbanisme, l’architecture et l’environnement. Concrètement, il accompagne et conseille, gratuitement, les collectivités locales et les particuliers quant à leurs projets de rénovation, réhabilitation, implantation d’énergies renouvelables…

Où les trouve-t-on ?

En France, en 2018, on comptabilisait 93 CAUE dans 93 départements, ainsi que 10 groupements régionaux. Dans ces conseils travaillent, dans une approche transversale, des architectes, des urbanistes, des paysagistes, et, parfois, des écologues ou encore (dans une quinzaine d’entre eux), des conseillers info-énergie.

Quel intérêt pour une collectivité ?

« Nous accompagnons les collectivités sur la réflexion quant aux documents de planification comme les PLUI [plans locaux d’urbanisme intercommunaux], les PCAET [plans climat air énergie territoriaux], mais aussi sur la prise en compte de la biodiversité dans les projets en cours, les corridors écologiques, la revitalisation de centres-bourgs, les écoquartiers… », énumère Caroline Rigaud, chargée de mission urbanisme-climat-énergie-biodiversité à la Fédération nationale des CAUE.
Les CAUE, qui ont une connaissance très fine des territoires sur lesquels ils travaillent, interviennent (pour les documents d’urbanisme) en amont des bureaux d’études, avec lesquels ils ne sont pas en concurrence puisqu’ils ne sont pas assistants à maîtrise d’ouvrage. Ils organisent aussi parfois des médiations, lorsqu’il y a des crispations sur un projet (éolien, photovoltaïque) entre élus, associations, agriculteurs… « Les CAUE sont indépendants. Notre objectif est toujours de faire dialoguer les différentes parties prenantes », précise Caroline Rigaud. Certaines collectivités sont accompagnées quelques jours, d’autres suivies sur plusieurs années, selon les demandes et besoins.

Et la transition énergétique, dans tout ça ?

« Le volet climat-énergie dans les documents d’urbanisme est l’un des domaines sur lesquels nous travaillons beaucoup ces dernières années », détaille Caroline Rigaud. « Désormais, en effet, lorsqu’on accompagne une collectivité sur un projet, sur l’amélioration du bâti…, la dimension énergétique est prise en compte dès le début. Notre mission est aussi de ne pas sacrifier la qualité architecturale et les usages à la rénovation, de trouver un équilibre entre préservation du patrimoine et transition énergétique en somme », poursuit Stéphan Caumet, urbaniste et directeur du CAUE de la Charente, structure qui propose souvent des rendez-vous couplés avec l’architecte et le conseiller info-énergie.

En chiffres

En 2018, 6 408 collectivités territoriales et groupements (type établissements publics de coopération intercommunale [EPCI]) ont bénéficié d’un accompagnement.
38 % des actions concernaient le volet climat/énergie d’un document d’urbanisme et 41 % l’accompagnement à l’élaboration du PCAET.