Initiatives

Villebois : les panneaux solaires sont arrivés

Un développeur engagé sur le territoire et habitué à gérer un bien commun, un élu motivé et conscient des enjeux, un fabricant de panneaux photovoltaïques situé en France : il ne manquait plus que des habitants impliqués pour lancer le parc photovoltaïque de Villebois, dans l’Ain… ou presque.

PAR CHRISTEL LECA - NOVEMBRE 2018
Le directeur territorial de la CNR, Laurent Tonini, et le maire de Villebois, Marc Longatte, posent un panneau lors du lancement des travaux, le 16 novembre dernier. © CNR

C’est en 2011 que la Compagnie nationale du Rhône (CNR) a présenté au maire de Villebois, Marc Longatte, son projet de parc photovoltaïque sur des terrains concédés à l’époque et délaissés, peu propices à l’agriculture, situés entre la déchetterie et la station d’épuration. « C’est une démarche que nous faisons systématiquement, explique Nicolas Dalisson, chargé de projets à la direction des nouvelles énergies de la CNR, car l’implication des élus est indispensable pour la réussite d’un projet », même si cette concertation n’est en rien obligatoire. « C’était un projet intéressant pour nous qui sommes situés entre la centrale nucléaire du Bugey et celle en cours de démantèlement de Creys-Malville. Et ce sera le premier parc photovoltaïque au sol de l’Ain », se réjouit Marc Longatte.

La CRE traîne la patte

Une fois le permis de construire obtenu, le projet a répondu à trois appels d’offres de la Commission de régulation de l’énergie (CRE) avant d’être accepté, ce qui explique que les travaux n’aient démarré qu’en octobre dernier. Des délais qui n’ont pas été sans décourager le maire : « Il faut changer d’énergies, s’en donner les moyens : c’est dommage de faire attendre des projets aussi longtemps ! C’est à se demander si l’État, au travers de la CRE, a une vraie volonté politique de faire la transition énergétique. »
Entre temps, l’idée d’un financement participatif a fait son chemin, validé avec enthousiasme par les élus, au premier titre desquels Marc Longatte. « La commune a investi 2 000 euros sur le projets et j’ai moi-même décidé d’être investisseur », explique cet ancien vendeur de matériel électrique rompu aux énergies renouvelables et sensible à la qualité des panneaux posés sur le site. Ils sont fournis par SunPower, entreprise américaine dont le contrat garantit qu’au moins 25 % d’entre eux sont fabriqués dans son usine toulousaine.

Un financement participatif couronné de succès

300 000 euros étaient ouverts au financement participatif, en priorité aux résidents et à la commune de Villebois, puis aux habitants et collectivités des communautés de communes de la Plaine de l’Ain et des Balcons du Dauphiné et enfin des sept départements limitrophes. « La troisième phase a permis de boucler le budget en une matinée », se félicite Nicolas Dalisson pour qui cette logique de redistribution est naturelle à la CNR, porteuse d’une mission d’intérêt général et habituée à partager dans les territoires les revenus de la gestion des barrages. En écho, l’élu rappelle l’importance que ce type de projet soit porté par une structure reconnue. « C’est rassurant pour les élus comme pour les habitants : attention à ne pas lancer ce genre de projets avec n’importe qui », conseille-t-il à ses homologues.

Les besoins de Villebois assurés

Avec une puissance de 3 MW, la centrale solaire photovoltaïque de Villebois produira, avec 6 900 panneaux installés, près de 4 millions de kWh par an, soit les besoins énergétiques (chauffage compris) de 1 600 habitants en France, bien plus que ce que compte la commune de Villebois elle-même (1 200 habitants).