Initiatives

À Saint-Paul-lès-Dax, un projet solaire citoyen d’envergure

Des citoyens à la gouvernance d’un projet photovoltaïque alors qu’ils n’ont pas encore investi financièrement ? C’est le pari du projet Candate, développé dans cette petite ville des Landes.

PAR CLAIRE BAUDIFFIER - JUILLET 2023
Si tout va bien, la centrale sera mise en service début 2025. ©Enercoop

D’un côté, une ambition politique. De l’autre, une opportunité foncière. Julien Bazus a été élu maire de Saint-Paul-lès-Dax – petite ville de 15 000 habitants située dans les Landes –, en 2020. Son équipe de campagne portait notamment 30 propositions pour faire face à l’urgence climatique, qui ont ensuite été actées dans le programme municipal. Parmi elles, la construction d’une centrale solaire. Un terrain a rapidement été identifié : celui d’une ancienne décharge de dix hectares.

« Nous aurions pu le mettre à disposition d’un développeur privé, mais l’idée a très vite été de faire participer les citoyens et de créer ainsi de la richesse sur le territoire », explique Julien Bazus, lors d’une présentation du projet aux Assises de la transition énergétique à Bordeaux en mai. Un groupe de travail dédié à la transition énergétique est lancé, validé en conseil municipal et ouvert à tous. Parmi ses actions : le suivi du projet de Candate, via notamment la réalisation de diverses actions de concertation.

Décisions à l’unanimité

C’est Enercoop, coopérative d’intérêt collectif dont le capital social et la gouvernance sont aux mains des sociétaires, qui est choisi comme développeur. Les premiers coûts de développement, avec d’abord les études environnementales en 2021, sont donc pris en charge par la commune, le développeur et EnRciT, le dispositif d’investissement d’Énergie Partagée. « Le choix a été fait de ne pas faire financer les études de développement par les citoyens puisqu’à cette étape il y a des risques, mais, regroupés en association, ils sont associés à la gouvernance du projet – dont les décisions se prennent toutes à l’unanimité – avant même d’être entrés au capital », précise Morgane Bénard, qui s’occupe de la coordination et du développement du pôle énergie renouvelable d’Enercoop Nouvelle-Aquitaine.

Ce qui fait l’originalité du projet, c’est donc ce montage avec uniquement des acteurs publics, citoyens et associatifs sur un parc solaire de grande ampleur – 5 MW de puissance installée. « Les prestataires – bureaux d’études, cabinet comptable… – sont toujours choisis en local, ce qui donne du sens à l’action », poursuit Morgane Bénard. « Ce qui m’a donné envie de me lancer dans le projet, c’est le côté collectif, et le fait d’œuvrer ensemble pour la transition énergétique », relate Dominique Cassagnau, juriste à la retraite et président de la SAS Candate Énergie, créée début 2022 et qui regroupe la collectivité, Enercoop, Énergie Partagée et l’association de citoyens. « Je pense néanmoins que l’on pourrait fédérer encore davantage d’habitants, mais comme tout projet associatif en ce moment, ce n’est pas simple… »

Pas plus long qu’avec un développeur privé

Les acteurs du projet sont accompagnés par l’association Cirena, spécialisée dans le suivi des projets citoyens d’énergie renouvelable. Un appui à la fois technique (sur les études, les volets environnementaux…), juridique, économique et sur les aspects de mobilisation et communication. Cet été 2023, le permis de construire devrait être déposé. Les parties prenantes vont ensuite continuer de travailler sur les mécanismes de redistribution financière à mettre en œuvre (notamment sur la façon dont les citoyens vont effectivement entrer au capital), mais aussi sur le modèle, qui laissera peut-être une part à l’autoconsommation.

L’acheteur final ne sera d’ailleurs pas forcément Enercoop, la décision sera aussi prise sous peu. Si tout va bien, la centrale entera en service début 2025. « Contrairement aux idées reçues, un projet citoyen comme celui-ci n’est donc pas plus long que celui d’un développeur privé et a l’avantage de ne pas entraîner de contestations. C’est duplicable sur d’autres territoires s’il y a une volonté politique forte derrière », indique Morgane Bénard.

Chiffres clés du projet

  • 5 hectares de terrain occupés
  • 5 MW de puissance installée
  • 6,3 GWh de production annuelle (soit la consommation de 2 500 foyers)
  • Coût total : 4,5 millions d’euros
  • 120 000 euros de coûts de développement
  • 386 000 euros de recettes annuelles prévues

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Ces cookies sont définis par le biais de notre site par nos partenaires publicitaires.

Nous utilisons Google Tag Manager pour surveiller notre trafic et nous aider à tester les nouvelles fonctionnalités.
  • gtag

Refuser tous les services
Accepter tous les services