Stratégie

Comment Saint-Joachim s’achemine vers l’autonomie énergétique

Cette petite commune de Loire-Atlantique a engagé diverses actions pour faire des économies d’énergie et produire des énergies renouvelables. Comment ? En misant notamment sur le solaire et grâce à des équipes municipales volontaristes.

PAR CLAIRE BAUDIFFIER - OCTOBRE 2022
Des panneaux photovoltaïques installés sur des bâtiments sportifs de la commune. ©DR

Au départ, l’ambition de Saint-Joachim était surtout économique. Il fallait tenter de réduire les factures énergétiques. Cette petite commune semi-rurale de 4 000 habitants est située au cœur du parc naturel de la Brière, à quelques kilomètres de Saint-Nazaire. En 2008, l’équipe municipale commence à s’intéresser à l’énergie solaire et décide d’installer des panneaux photovoltaïques sur les bâtiments. « Les élus ont alors eu  une vision long terme, puisqu’à l’époque, c’était beaucoup moins d’actualité qu’aujourd’hui », rappelle Denis Salaün, du service finances qui s’occupe aussi des questions d’énergie. Ainsi, huit bâtiments (écoles, salle des fêtes, hangar de stockage…) sont équipés à partir de 2011, pour une puissance de 514 kW (voir encadré). En parallèle, un travail a été mené autour des économies d’énergie. Dès 2012, l’éclairage public a été éteint et les 800 points lumineux sont remplacés petit à petit (ce n’est pas fini) par des LED. Le chauffage des salles municipales a été revu en fonction de l’occupation. « L’un des postes importants était le chauffage des bâtiments au gaz. Nous nous sommes alors penchés sur l’aérovoltaïque. Six bâtiments (telle une salle des fêtes) ont été dotés de cette technologie qui produit à la fois l’électricité et une partie du chauffage. En résumé, pour un besoin de chauffage sur six mois environ, deux tiers sont couverts par les panneaux, pour le reste – en décembre et janvier –, une pompe à chaleur prend le relais », détaille Denis Salaün. Une partie de l’énergie produite par ces installations est directement consommée en autoconsommation.

« Expérimenter et ajuster »

Avec cette technologie, l’équipe a fait un choix plutôt audacieux, puisque le bureau d’études fluides qui l’accompagnait ne voulait pas entendre parler de ces solutions-là… « Notre fonctionnement est toujours le même, nous essayons d’avancer, d’innover, sans attendre forcément que l’on nous aide. C’est aussi l’avantage des petites communes, on peut expérimenter, ajuster… », indique Denis Salaün. Saint-Joachim a d’ailleurs repris la main sur la question de l’éclairage public après une expérience non concluante avec le syndicat départemental d’énergie. La commune porte les aménagements en fonds propres, avec un budget spécifique énergie. « Nous étions certainement en avance sur certains sujets. Pour les questions de transition énergétique, il faut se remonter les manches, regarder les chiffres, essayer de comprendre, chercher des solutions. Je n’avais pas toutes les compétences au début, mais je les ai acquises au fil du temps ! Il faut travailler en confiance entre les élus et les techniciens, ne pas avoir peur des échecs. » Le prochain projet d’envergure de la commune : une centrale solaire sur ombrières sur le cimetière dans les prochains mois. Cela résoudra aussi une problématique liée à l’eau, puisque les ombrières vont permettre de canaliser l’eau vers des réservoirs pour l’arrosage public. Chose inédite, Saint-Joachim s’ouvre là aux citoyens, via la constitution d’une communauté énergétique. Les habitants vont pouvoir acquérir des panneaux et consommer une partie de l’électricité.

En chiffres

Éclairage public : la consommation est passée de 420 000 kWh par an en 2012 à 70 000 kWh aujourd’hui.
Photovoltaïque : production de 350 000 kWh par an.
Aérovoltaïque : production annuelle de 250 000 kWh d’électricité et de 120 000 kWh de chaleur.
39 % de consommation énergétique (gaz et électricité) sur les dix dernières années.
Aujourd’hui, Saint-Joachim produit 25 % de la consommation de la commune (bâtiments municipaux, entreprises et particuliers compris). Objectifs : 40 % d’ici 2024, 100 % d’ici dix ans.

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Ces cookies sont définis par le biais de notre site par nos partenaires publicitaires.

Nous utilisons Google Tag Manager pour surveiller notre trafic et nous aider à tester les nouvelles fonctionnalités.
  • gtag

Refuser tous les services
Accepter tous les services