Stratégie

La région Grand-Ouest s’organise pour mieux accompagner les collectivités

Le 26 septembre 2019, cinq structures se sont unies afin de faciliter et d’accélérer la transition énergétique du Grand-Ouest. Une initiative ambitieuse à l’aube des prochaines élections municipales.

PAR ARNAUD WYART - NOVEMBRE 2019
Les cinq structures (le syndicat Energies Vienne, le Crer, le Pôle des éco-industries, Odeys et Soliha) ont signé la convention le 26 septembre dernier ©Groupe Énergies Vienne

Initiée par le syndicat Énergies Vienne, cette convention réunit le Centre régional des énergies renouvelables (Crer), le Pôle des éco-industries, Odéys (cluster de la construction et de l’aménagement durables), ainsi que Soliha (fondation Solidaires pour l’habitat). Coordonnant les politiques publiques en matière d’énergie, le syndicat souhaitait renforcer son engagement dans la transition des territoires. Une nouvelle étape après de nombreux succès, notamment dans le déploiement d’EnR. L’objectif : proposer des outils d’accompagnement plus puissants et concrétiser davantage de projets via une association de structures capable d’informer, de coordonner et de dynamiser les politiques en les mettant en lien avec une structure technique. « Si cette collaboration a pu naître, c’est que nous partageons les mêmes valeurs en termes de territoires, de représentativité citoyenne, etc. Nous défendons tous la neutralité, l’indépendance, et l’impartialité dans nos aides à la décision », explique Denis Renoux, directeur du Crer.

Collaborer pour accélérer la transition énergétique

Un groupe de travail unifié va être mis en place afin de pouvoir intervenir auprès de tous les publics. C’est la raison pour laquelle s’est associé Soliha (qui intervient auprès des particuliers), ou Odéys, un acteur spécialisé dans l’économie circulaire. « L’idée, c’est de nous mettre tous autour d’une table afin de nous organiser pour aider au mieux et plus vite tous ceux qui souhaitent s’engager dans la transition énergétique. Cela se fait également à la veille des élections municipales. On est donc en mesure d’attendre aujourd’hui de fortes sollicitations de la part des nouveaux élus sur cette question. Cette convention, c’est aussi un moyen de nous préparer. » Dans le domaine de l’énergie, le contexte a en effet évolué régulièrement ces dernières années (hausse des prix, conséquences liées au réchauffement climatique, etc.) et les budgets sont de plus en plus serrés. Pourtant, les collectivités vont devoir agir vite car les enjeux, aussi bien économiques, environnementaux que sociaux, sont énormes. « Elles vont avoir besoin d’être accompagnées pour faire les bons choix, associer les citoyens et les entreprises, mais il va également falloir mettre en place une nouvelle ingénierie financière pour les aider à passer à l’acte. Un mandant ne dure que six ans. C’est très court pour projeter, analyser, décider et réaliser. »

Vivonne : première ville bénéficiaire du dispositif

Avant qu’une convention ne les lie, les cinq structures avaient des objectifs communs, mais parfois des conditions de travail différentes. Désormais, elles vont pouvoir partager leurs compétences et compléter leurs outils de communication. « Une commune a toujours la possibilité de contacter directement le Crer ou le syndicat, mais désormais, nous sommes en mesure d’unifier les engagements pris par les élus. Ça n’est pas encore un guichet unique, mais cela nous permet de proposer un outil commun pour réussir collectivement la transition énergétique. »

Première municipalité à profiter de ce dispositif : Vivonne (Vienne), avec à la clé une salle multisport à énergie positive, laquelle sera équipée prochainement d’une installation photovoltaïque. « La ville a contacté le syndicat pour être aidée dans ses idées. Ils ont ensuite travaillé ensemble sur la consommation énergétique et remplacé la chaudière au fuel de l’école maternelle par une chaudière au gaz naturel plus performante. En revanche, le syndicat n’était pas apte à répondre à des projets photovoltaïques de petite et moyenne puissance, ce qui est notre métier historique. Il a donc orienté la ville vers nos services. La ville s’est engagée et construit en ce moment même. Sans cette relation entre le syndicat et le Crer, ce projet n’aurait probablement pas vu le jour », affirme Denis Renoux. Preuve que les synergies sont efficaces en matière de transition énergétique, surtout à l’échelle locale.

Le Crer

Depuis 2001, les équipes du Crer informent, sensibilisent, forment et accompagnent tous les acteurs qui souhaitent passer à l’acte dans le domaine des EnR et de la maîtrise de leur consommation énergétique. L’association compte plus de 600 adhérents.