Stratégie

Le sous-sol pour chauffer les piscines

Très consommatrices en énergie, les piscines françaises vont devoir être massivement rénovées. La géothermie de surface leur est adaptée, mais les études de conception doivent être soignées, tout comme la mise en œuvre et le suivi de l’installation.

PAR EVA THIéBAUD - MAI 2023
Les piscines sont tenues de réduire leurs consommations de 40 % en 2030, 50 % en 2040 et 60 % en 2050.
©Océanide

Chauffage, eau chaude sanitaire, chauffage des bassins, traitement de l’air… les piscines sont gourmandes en énergie. « Entre 2 800 et 3 000 kWh/m² de plan d’eau selon les bâtiments, lorsque la consommation moyenne d’un bâtiment tertiaire est de 250 kWh/m² », remarquent l’Ademe et le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) dans une brochure (1). En outre « elles ont été construites pour la plupart à une époque à laquelle la maîtrise des consommations était une préoccupation annexe. » Pour améliorer la situation, le décret de rénovation des bâtiments tertiaires a prévu d’obliger les intercommunalités à repenser leurs consommations : les piscines sont ainsi tenues de réduire leurs consommations de 40 % en 2030, 50 % en 2040 et 60 % en 2050.

Trois géothermies pour les piscines

« Les piscines sont des cibles privilégiées pour la géothermie », propose Astrid Cardona Maestro, ingénieure fond chaleur géothermie à l’Ademe. Une géothermie qui peut se décliner en trois options avec à chaque fois un couplage avec une pompe à chaleur (PAC) : la première pompe directement l’eau d’une nappe pour remplir les bassins mais exige des autorisations ad hoc, la seconde, la « géothermie sur sondes » prélève les calories du sol mais demande de nombreux forages (2). Les maîtres d’ouvrage leur préfèrent généralement une troisième solution, qui consiste à pomper l’eau du sous-sol, récupérer son énergie via un échangeur, puis la réinjecter un peu plus loin. Généralement classée en géothermie de minime importance, cette solution ne demande qu’une simple déclaration. Ces installations restent toutefois coûteuses à l’investissement, mais elles sont subventionnées par le fonds chaleur de l’Ademe, dont les aides forfaitaires représentent 50 euros par MWh, sur vingt ans. Les collectivités peuvent aussi avoir recours au Fonds européen de développement régional (Feder), tandis que la Banque des territoires souscrit des prêts à des taux préférentiels. Avant la crise énergétique, l’Ademe et le BRGM estimaient le temps de retour sur investissement entre neuf et treize ans par rapport à une solution au gaz. Pour Jérôme Muguet, directeur du centre aquatique Océanide, situé à Bonneval en Eure-et-Loire et qui a ouvert en 2017, l’envolée des prix de l’énergie a aujourd’hui encore réduit l’amortissement de son installation. Mais il bénéficie pour sa part de tarifs d’électricité bien négociés via une centrale d’achat.

Point crucial : la bonne conception

En termes de conception, ces solutions exigent une bonne connaissance du sol via le recours à un bureau d’études sous-sol. Par la suite, la mise en œuvre puis le suivi sont cruciaux. « Ce sont des systèmes pour lesquels les réglages fins ont un impact sur la consommation d’énergie », explique Pierre Durst, chef de projet en géothermie au BRGM. Mais si le travail est bien fait, les exploitants sont ravis. C’est le cas de Jérôme Muguet, qui précise que l’intégralité de ses 870 m³ de bassins est chauffée par l’installation géothermique – le gaz assurant l’eau chaude sanitaire. Aucun souci pour lui sur la maintenance, assurée par l’entreprise spécialisée qui avait été en charge du chantier. L’Ademe et le BRGM estiment la durée de vie d’une PAC à dix-sept ans et celles des forages à cinquante ans.

(1) « Géothermie de surface – Une énergie performante et durable pour les piscines et centres aquatiques », juillet 2021.
(2) Pour tout savoir en un clin d’œil sur la géothermie, lire le hors série du Journal des énergies renouvelables, Le point sur la géothermie, avril 2023.

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Ces cookies sont définis par le biais de notre site par nos partenaires publicitaires.

Nous utilisons Google Tag Manager pour surveiller notre trafic et nous aider à tester les nouvelles fonctionnalités.
  • gtag

Refuser tous les services
Accepter tous les services