Décryptage

L’effacement électrique, une opportunité pour les collectivités ?

Avec le programme Eff’ACTE, la FNCCR accompagne des projets d’effacement électrique portés par les collectivités. Celles-ci peuvent en contrepartie bénéficier d’avantages, tout en participant à l’équilibre du réseau.

PAR ARNAUD WYART - JUILLET 2023
Selon une étude de l’Ademe parue en 2017, les gisements de puissance effaçable dans les bâtiments tertiaires, y compris publics, serait en effet compris entre 1,5 et 3 GW pour 30 mn d’effacement par jour. ©Pixabay

Eff’ACTE est un sous-programme d’ACTEE, porté par la Fédération nationale des collectivités concédantes et régies (FNCCR). Il s’adresse à toutes les collectivités et s’inscrit dans la volonté d’effacer leurs consommations d’électricité pour répondre aux tensions sur le réseau pendant les pics de consommation. Selon une étude de l’Ademe parue en 2017, les gisements de puissance effaçable dans les bâtiments tertiaires, y compris publics, seraient en effet compris entre 1,5 et 3 GW pour 30 min d’effacement par jour.

Cette pratique, qui a déjà été mise en place dans des entreprises, est un sujet nouveau pour les collectivités. C’est la raison pour laquelle l’appel à projet Eff’ACTE a été lancé début 2023, dans le but de les accompagner sur l’évaluation des capacités d’effacement, puis de les orienter vers une phase de valorisation économique et de mise sur le marché de ces capacités. Le premier volet de l’appel à projets a été clôturé en mars dernier et le second, en juin. Ils confirment l’intérêt des collectivités. « Nous avons reçu beaucoup de candidatures. Vingt collectivités ont été lauréates, avec des profils variés : syndicats d’énergie, métropoles, grandes agglomérations, communautés de communes, etc. », indique Adam Soussana, coordinateur du pôle centre de ressources et référent Eff’ACTE à la FNCCR.

Accompagnement sur trois volets

Dans le cadre de l’appel à projets, les sites visés pour des actions d’effacement sont principalement des bâtiments, mais aussi des bornes de recharge électrique et des stations d’épuration. Le financement des projets, à hauteur de 50 %, porte quant à lui sur trois lots. Le premier d’entre eux est centré sur le recrutement de techniciens et d’experts en énergie pour travailler sur la thématique de l’effacement, avec un plafond de 26 000 € (par collectivité ou groupement). Le deuxième porte sur l’installation d’une plateforme digitale et de capteurs pour récolter et analyser les données de consommation, avec un plafond de 10 000 €. Enfin, le dernier lot concerne les diagnostics et les audits d’effacement des bâtiments dotés d’équipements énergivores, avec un plafond de 75 000 €.

La FNCCR accompagne les collectivités sur les trois volets, avec l’objectif de ne pas remettre en question les activités dans les bâtiments concernés. « Nous allons regarder ce qui est faisable en termes d’effacement pour chaque bâtiment. Pour un local chauffé électriquement l’hiver, par exemple, cela veut dire couper le chauffage de manière ciblée pendant deux heures et le remettre en route ensuite. Si le bâtiment est bien isolé, le confort thermique peut être maintenu », explique Adam Soussana.

Quels avantages pour les collectivités ?

De leur côté, les collectivités ont la possibilité de participer ainsi à l’effort national de minimisation du risque de coupures de courant et à la sécurisation du réseau électrique, mais aussi à la décarbonation du mix électrique en limitant les moyens d’appoint fossiles mis en route pendant les heures de pointe et en favorisant l’intégration des renouvelables intermittentes. En outre, elles peuvent générer des gains économiques. « Malgré d’éventuels effets rebond, hors des pics, les gains sont d’au moins 15 % en termes de consommation. Par ailleurs, les collectivités peuvent bénéficier d’une rémunération via la contractualisation avec des agrégateurs et opérateurs d’effacement. Ceux-ci assurent le rôle d’intermédiaire entre les marchés nationaux de l’effacement (appels d’offres de RTE notamment) et les capacités d’effacement des collectivités », précise Adam Soussana.

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Ces cookies sont définis par le biais de notre site par nos partenaires publicitaires.

Nous utilisons Google Tag Manager pour surveiller notre trafic et nous aider à tester les nouvelles fonctionnalités.
  • gtag

Refuser tous les services
Accepter tous les services