Stratégie

Quand aménagement rime avec énergie verte

Lors de l’élaboration d’une zone d’aménagement concerté, la collectivité peut imposer certains critères énergétiques. Néanmoins, il faut que la zone reste attractive pour les promoteurs ou les entreprises privées. Zoom sur deux stratégies d’aménagement, à Montpellier et à Paris-Saclay, qui proposent une offre EnR élevée.

PAR AUDE RICHARD - AVRIL 2018

Vue Quartier Euréka

Montpellier Méditerranée Métropole affiche ses ambitions : elle veut développer les énergies renouvelables et réduire les consommations pour aller vers un territoire à bas carbone. Dans les zones d’aménagement concerté (ZAC), la métropole demande que les bâtiments soient à énergie positive. Au groupe Serm-SA3M (Société d’équipement de la région montpelliéraine) de trouver des solutions pour y arriver.

En tant qu’aménageur et énergéticien, le groupe a les ressources pour mettre en œuvre la politique environnementale de la métropole. La première étape est d’établir un schéma directeur de l’énergie. Habituellement réalisé à l’échelle d’une intercommunalité, cet outil est employé par la Serm-SA3M pour une ZAC. L’objectif est de recenser les gisements d’énergies renouvelables et de récupération, d’analyser et d’optimiser les besoins énergétiques puis de définir un système de production/distribution d’énergie performant. « C’est une démarche collaborative, très en amont du projet, qui réunit la collectivité, l’architecte urbaniste et l’AMO [architecte maître d’ouvrage] énergie-environnement. Les choix sont validés par tous, ce qui permet l’adhésion de chacun. Notre rôle est de faire émerger la meilleure solution pour toutes les parties prenantes : collectivité, aménageur, promoteurs, opérateur et usagers. Cette démarche, non dogmatique, aboutit à des solutions différentes d’un projet à l’autre et permet d’atteindre des niveaux de performances exceptionnels : label Écoquartier systématique, taux d’EnR supérieur à 80 % et, maintenant, quartier à énergie positive », souligne Frédérick Cauvin, directeur adjoint de la Serm en charge de l’énergie.

Convertir les promoteurs au Bepos

L’enjeu est d’arriver à faire coïncider les exigences environnementales de la collectivité, un prix attractif pour le promoteur et une facture énergétique faible pour l’usager, le tout avec une solution technique fiable. Un véritable défi ! La Serm-SA3M a réussi à assembler tous ces éléments dans une offre “Bepos” pour les promoteurs. Cette offre s’appuie sur une solution thermique chaud et froid renouvelables (biomasse, biogaz, récupération de chaleur, géothermie, solaire…) et sur une production d’électricité photovoltaïque massive. Grâce à cette association, les bâtiments sont à énergie positive et prêts pour le label E+C-. Cette offre Bepos est mise en œuvre à Castelnau-le-Lez, dans le quartier Eurêka, sur vingt îlots (200 000 m2) mixant les différents usages (logements, commerces, bureaux, ateliers). Les pompes à chaleur, au pied de chaque îlot, sont alimentées par la boucle tempérée et reliées à un data center. Au total, 4 à 6 MW de puissance photovoltaïque sont prévus en toiture, autant qu’une centrale au sol ! Avec la combinaison du thermique et de l’électrique, la Serm a obtenu un titre V (RT 2012), avec moins de 50 g de CO2 /kWh, le meilleur possible.

Est-ce que cette offre a séduit les promoteurs ? « La majorité des promoteurs ne recherchent pas encore du Bepos. Cela ne sera la norme qu’après 2020. Le reflexe est souvent de s’orienter vers des solutions de production thermique classique, comme le gaz ou l’électricité. Il faut arriver à les convaincre avec un coût d’investissement compétitif tout en préservant un coût d’exploitation modéré pour les futurs habitants », ajoute Frédérick Cauvin. Ainsi pour les nouveaux quartiers alimentés par le réseau de chaleur de Montpellier, le coût du chauffage et de la production d’eau chaude sanitaire pour un logement moyen est de l’ordre de 30 € TTC par mois.

Une boucle d’eau innovante

À Paris-Saclay aussi, il faut convaincre les entreprises privées de s’installer sur le territoire. C’est l’établissement public d’aménagement (EPA) qui s’en charge. Cette opération d’intérêt national vise le top 10 mondial des territoires innovants. Son périmètre s’étend à 27 communes, réunies en 3 communautés d’agglomération sur 2 départements. Après avoir étudié plusieurs solutions énergétiques, le conseil d’administration de l’EPA a décidé d’installer une boucle d’eau tempérée alimentée par un forage géothermique, sur la nappe de l’Albien. Une solution innovante, pertinente au regard des besoins de chaud et de froid des établissements de recherche et des logements, mais… qui possède un coût d’investissement important au démarrage, 51 millions d’euros pour les sept premières années. « Nous avons démontré que cette solution représentait des économies de 20 à 25 % par rapport à des solutions individuelles de performance environnementale équivalente. Entre l’investissement et le fonctionnement sur vingt ans, le coût global est équilibré entre le constructeur et les usagers », explique Antoine du Souich, directeur général adjoint en charge de l’innovation à l’EPA Paris-Saclay. « En même temps, on se demandait si les entreprises adhéreraient au projet. Nous vendons des droits à construire de surface de plancher. Nous avons donc la capacité d’imposer des choses. Mais dans les faits, il faut convaincre des acteurs très influents. D’où l’importance d’impliquer tous les acteurs de la chaîne dans l’étude et de prendre une décision ferme, validée par tous. »

L’EPA met en place une politique de tarification, fondée sur la puissance de raccordement, pour inciter les promoteurs à bien dimensionner leurs besoins énergétiques dès la conception du bâtiment : plus la puissance est faible, moins le coût de l’énergie est important. L’abonnement fixe est de 52 €/kW, et le coût variable est de 36,60 €/MWh, ce qui engendre un coût de l’énergie (chaud et froid) plutôt faible. Les pompes à chaleur sont en service sur certains îlots et les forages sont réalisés. La gestion centralisée sera mise en place cette année.

 

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Ces cookies sont définis par le biais de notre site par nos partenaires publicitaires.

Nous utilisons Google Tag Manager pour surveiller notre trafic et nous aider à tester les nouvelles fonctionnalités.
  • gtag

Refuser tous les services
Accepter tous les services