Stratégie

Fougères développe le bois-énergie

Le Pays de Fougères, qui regroupe 2 EPCI et 44 communes, est signataire avec l’Ademe d’un contrat d’objectif territorial pour la promotion et le développement des énergies renouvelables thermiques et a participé au projet Optiwood, qui vise à améliorer l’efficacité des chaufferies bois.

PAR CLAIRE BAUDIFFIER - DéCEMBRE 2020
La chaufferie bois de l’Ehpad de Parigné a permis de réduire les dépenses de chauffage et production d’eau chaude de 28 %. ©DR.

Le Pays de Fougères est une association regroupant Fougères agglomération (55 000 habitants, 29 communes) et la communauté de communes Couesnon Marches de Bretagne (24 000 habitants, 15 communes). Parmi les missions du pôle énergie-climat, créé en 2005, le développement de la filière bois, notamment bois-énergie. Ainsi, dans le cadre du Fonds chaleur, le territoire a signé avec l’Ademe début 2018 un contrat d’objectif territorial (COT) pour la promotion et le développement des énergies thermiques (dont le bois).

« Il permet de financer à 100.% des études d’opportunité pour tous porteurs de projets – collectivités, agriculteurs, entreprises… –, sauf les particuliers », explique Frédéric Marchand, responsable du pôle énergie-climat au Pays de Fougères. Depuis trois ans, une trentaine d’études de chaufferies bois ont été effectuées, certaines ont entraîné des études de faisabilité et 7 projets (dans un collège, des écoles, une mairie, une exploitation agricole notamment) ont été réalisés. Deux autres, dont un réseau de chaleur, devraient voir le jour début 2021. Les porteurs de projets peuvent avoir recours à des aides de plusieurs strates (Pays de Fougères, Plan bois énergie Bretagne, Fonds chaleur…). Côté études : jusqu’à 70.% sur les études de faisabilité et les assistances à maîtrise d’ouvrage. Côté investissements, le COT est le seul outil permettant de financer une partie – entre 20 et 40 % – du coût des chaufferies aux granulés de bois, la très grande majorité des projets validés. Pour les autres types de projet, les aides varient en fonction de l’énergie choisie et de la production annuelle d’énergies renouvelables.

« Au 30 septembre 2020, on avait atteint 28.% de l’objectif fixé par le contrat – 420 tonnes équivalent pétrole, soit 4,9.GWh –, mais cette donnée devrait s’élever à 60.% avec les projets en cours. Trois ans est un délai très court pour instaurer une véritable dynamique, c’est pour cela que nous souhaitons signer un deuxième COT », souligne Frédéric Marchand. Dans tous les cas, la fourniture en bois se fait localement. « C’est plutôt simple pour des petits projets, un peu plus compliqué sur les gros, où pour sécuriser l’approvisionnement, cela peut dépasser le pays de Fougères, de 50 à 100 kilomètres maximum. »

Optiwood, pour gagner en efficacité

Si la signature du COT a permis la naissance de nouveaux projets, il existait déjà des chaufferies bois sur le territoire – autour d’une cinquantaine. Dans un souci de perfectionnement, le Pays de Fougères a participé au projet européen Optiwood, visant à améliorer la conduite des chaufferies bois pour gagner en efficacité. Quatre, à plaquettes, ont été suivies sur deux saisons de chauffe. « Via divers axes, telle la formation des gestionnaires, un travail autour de l’humidité du bois, de la fréquence des nettoyages, de la prévention des pannes… des gains de rendement (+5.% par exemple sur celle de l’hôpital du territoire) et des économies de fonctionnement ont été notés (entre -10.% et -20.% en moyenne). Tout ce travail nous a permis d’avoir une connaissance plus fine des équipements et servira à l’avenir sur les projets de chaufferies bois. »

En chiffres

  • 397 701 euros d’investissement pour les 7 projets issus du COT, dont 133 636 euros de subventions (COT et Plan bois-énergie Bretagne) ;
  • Taux d’aide moyen pour les projets (sans compter les études) : 32 % ;
  • 200 tonnes de CO2 évitées par an avec ces 7 projets.