Stratégie

La société Quénéa veut former les agriculteurs à l’autoconstruction photovoltaïque

En formant les agriculteurs à la pose d’installations photovoltaïques au sol, la société Quénéa espère les aider à réaliser leur transition énergétique.

PAR EVA THIéBAUT - DéCEMBRE 2019
Pose de panneaux photovoltaïques au sol dans une installation porcine de Bourbriac (Côtes-d’Armor). ©Quénéa

PME spécialisée dans le solaire et l’éolien, la société Quénéa de Carhaix, en Bretagne, a lancé en novembre 2019 une offre d’accompagnement à l’autoconstruction photovoltaïque au sol à destination des agriculteurs du grand ouest. « L’idée, c’est de réduire les coûts d’installation, mais aussi de transférer nos compétences pour faire monter en expertise des agriculteurs qui maîtriseront une partie de leur production d’électricité », explique Ludovic Merliere, le directeur de la société, précisant que la solution est plutôt dédiée à l’autoconsommation.

Installation maison

Nommée Solheol Pro, l’offre comprend un diagnostic, puis une proposition de conception assortie d’un cahier des charges. Le matériel peut alors être acheté auprès d’un fabricant ou auprès de la société Quénéa. « À ce niveau, ce que nous proposons de novateur, c’est de former les agriculteurs durant une journée afin qu’ils réalisent eux-mêmes une partie de l’installation : les fondations – ils sont généralement équipés pour cela –, la structure métallique puis la pose les panneaux, détaille le directeur. C’est aussi pour cette raison que nous limitons notre offre aux panneaux au sol : pas besoin d’habilitation au travail en hauteur », poursuit-il. Confiant en sa solution, le directeur de Quénéa espère que la demande lui permettra d’organiser dès mi-2020 une session de formation chaque mois pour cinq personnes.

Une fois les panneaux posés, la société viendra vérifier la qualité des travaux exécutés avant d’effectuer elle-même les raccordements électriques. « Ce qui permet de disposer de la garantie décennale sur l’installation dont nous restons garants, précise Ludovic Merliere. Pour la suite, les agriculteurs auront été formés à la maintenance de base. En fait, même si nous les accompagnons sur la durée, ils sont vraiment acteurs de leur installation », poursuit le chef d’entreprise.

150 m² de panneaux pour un projet pilote

Un projet pilote a été mis en service en juillet 2019 au sein d’une exploitation porcine de Bourbriac, dans les Côtes-d’Armor . « La production photovoltaïque est adaptée aux élevages de porcs ou de volailles, dont les consommations sont assez constantes au fil de la journée. Contrairement par exemple aux producteurs de lait qui ont des pics de consommation électrique aux moments des traites, le matin et le soir », reprend Ludovic Merliere. À Bourbriac, 150 m² de panneaux ont été installés pour une puissance de 21 kW, ce qui permettrait d’assurer 13 % des besoins en électricité de l’exploitation.

Au-delà de la montée en compétences, la solution de l’autoconstruction permettrait aussi des économies, « c’est-à-dire deux ou trois ans de retour sur investissement » selon Quénéa. À Bourbriac, l’agriculteur a dû investir 30 000 €, une somme qui pourrait être amortie en douze ans. « Les panneaux solaires photovoltaïques sont quant à eux aujourd’hui garantis trente ans », ajoute Ludovic Merliere. « Aujourd’hui, on critique beaucoup les agriculteurs, par exemple pour leur usage des pesticides. Nous préférons quant à nous les aider à faire eux aussi leur transition énergétique », conclut le dirigeant.