Le tour de la question

Les chambres d’agriculture au service des collectivités

Faire le lien entre agriculteurs et élus, tel est l’objectif de Terralto, un service proposé par les chambres d’agriculture.

PAR AUDE FABRE - DéCEMBRE 2019

Avec le service Terralto, les chambres d’agriculture, à travers leurs 450 interlocuteurs privilégiés répartis sur tout le territoire, répondent aux besoins des collectivités concernant le développement de projets dans sept domaines : aménager l’espace, accompagner les projets de territoire, valoriser les produits locaux, favoriser l’économie circulaire, contribuer à la gestion durable de l’eau, agir pour la biodiversité, l’environnement et les paysages, et enfin œuvrer pour la transition énergétique, le climat et la qualité de l’air.
Lors du Salon des maires à Paris du 18 au 21 novembre 2019, Guillaume Cloye, responsable du service Territoire, alimentation et forêt à l’APCA (Assemblée permanente des chambres d’agriculture) a pu toucher du doigt les points d’intérêt des élus de petites communes comme de grandes villes. « L’alimentation est la première préoccupation des élus en lien avec les pratiques agricoles durables et les questions sur l’approvisionnement des cantines scolaires, la création d’abattoirs ou de légumeries locales. Viennent rapidement ensuite des questions sur des projets d’aménagement foncier, puis sur le développement des énergies renouvelables avec notamment beaucoup de questions autour des unités de méthanisation. »

Rencontrer toutes les intercommunalités

Concernant la transition énergétique, le climat et la qualité de l’air, les chambres d’agriculture proposent plus précisément d’accompagner les collectivités dans la structuration de filières bois-énergie, dans les projets individuels ou collectifs de méthanisation et de photovoltaïque, mais aussi dans les projets du Plan climat-air-énergie territorial (PCAET). Sur ce dernier point, la chambre des Pays-de-la-Loire s’est démarquée par ses actions auprès de plusieurs communes et par l’édition d’une plaquette explicative spécifique. Le but : aider les communes de plus de 20 000 habitants pour lesquelles ce plan est obligatoire, à identifier les bons leviers d’actions pour aller vers des territoires neutres en carbone.
À l’issue des six années du nouveau mandat ouvert suite aux élections des chambres d’agriculture de 2019, les élus se sont engagés à rencontrer les 1 258 intercommunalités de France pour échanger sur leurs besoins et le service Terralto. « Plus de la moitié a déjà travaillé avec les chambres », précise Myriam Decoeur-Michel, directrice communication et relations publiques à l’APCA.