Le tour de la question

Les outils de France nature environnement à la loupe

Méthascope, Éoloscope terrestre et marin, Photoscope… L’association de protection de l’environnement construit des outils d’aide au positionnement sur les projets des différentes filières de production d’énergie renouvelable. Bilan du premier scope, qui fête ses 3 ans et concerne la méthanisation.

PAR AUDE FABRE - FéVRIER 2020
Le Méthascope, né en 2017, est le premier d’une série de 4 outils, déjà sortis ou à sortir, pour aider au positionnement sur les projets de production d’énergie renouvelable.

Alors que France nature environnement (FNE), l’Ademe et l’industriel Boralex viennent de présenter le dernier né de leurs outils d’aide au positionnement sur les projets de production d’énergie renouvelable, l’Éoloscope terrestre, il est temps de faire un point sur son grand frère : le Méthascope.
Sorti en 2017 et réédité en 2019 pour mettre à jour la réglementation, cet outil a été construit par FNE avec le soutien de l’Ademe et de GRDF. Composé d’un livret et d’une grille d’analyse multicritères, il a été téléchargé
1 200 fois sur le site de la fédération, et 600 exemplaires ont été envoyés par courrier. « Nous sommes satisfaits de ce bilan, se réjouit Adeline Mathien, coordinatrice du réseau Énergie de France nature environnement. Cet outil a été présenté à une vingtaine de reprises aux associations locales FNE, aux assises de la transition énergétique, aux colloques de l’Ademe, à des collectivités, et il a rencontré son public. » Plus de 50 % des utilisateurs sont des associations de protection de l’environnement, et les deuxièmes plus gros usagers sont des agriculteurs. Suivent ensuite des chambres d’agriculture, des enseignants, des riverains et des bureaux d’étude. « Cet outil a été créé à la demande des associations qui avaient exprimé un besoin d’informations, d’avoir des clés de lecture pour se positionner sur un projet précis de son territoire, rappelle Adeline Mathien. Il est donc logique qu’elles soient les premières utilisatrices. »

L’environnement mieux pris en compte

D’après l’enquête menée par FNE auprès des utilisateurs, l’outil leur a permis « d’améliorer la prise en compte de l’environnement dans les projets, et de créer du lien avec les porteurs de ces initiatives et les acteurs territoriaux pour favoriser la concertation et ainsi éviter les conflits lors de leur émergence ». Des fiches d’information sur les effets du digestat sur l’environnement et la réglementation viendront compléter prochainement l’outil.
Que ce soit pour les projets de méthanisation, d’éolien ou de photovoltaïque (lire l’encadré), « l’objectif est de dépasser les débats passionnels, de parler de la même chose, objectivement, et de se baser sur des références communes, estime Adeline Mathien. Ces outils permettent aux associations de monter en compétences sur les enjeux environnementaux, sociaux et réglementaires. »

Deux nouveaux outils à venir
Après le Méthascope paru en 2017 et l’Éoloscope terrestre sorti début 2020, l’Éoloscope offshore devrait également paraître au cours de l’année à venir. « Les enjeux sont très différents par rapport à ceux des projets éoliens terrestres, un outil spécifique est donc nécessaire pour l’éolien marin », explique Adeline Mathien. Début 2021, la diffusion de Photoscope, un outil d’aide au positionnement sur les projets de centrales photovoltaïques est aussi prévue.