L'info du mois

Adapter son business model à la transition

Urgence climatique : une étude de Bpifrance propose des pistes d’action pour les dirigeants de PME et d’ETI.

PAR CAROLE RAP - MARS 2021
ADAPTER SON BUSINESS MODEL À LA TRANSITION
Un bon niveau d’information s’avère fondamental. L’enquête montre que plus les dirigeants sont informés, plus ils agissent et mettent en place des mesures d’atténuation et d’adaptation. ©Pixabay

En juillet 2020, la banque publique d’investissement Bpifrance a publié une étude dont le sujet est toujours aussi brûlant : Les dirigeants de PME-ETI face à l’urgence climatique. Rédigé par l’équipe de Bpifrance Le Lab, qui se définit comme le “laboratoire d’idées des PME-ETI”, ce document de 180 pages fourmille d’informations pertinentes et éclairantes. Il s’appuie sur une enquête réalisée auprès de 1 000 répondants (sur 85 000 dirigeants contactés) entre mi-janvier et mi-mars 2020. « Avec cette étude, nous comprenons que les entreprises sont à la fois déterminantes pour la transition écologique puisqu’elles sont au cœur du système de production, et en même temps qu’elles ne peuvent porter à elles seules la responsabilité et le coût de cette transition », soulignent les auteurs. Souvent, les patrons de PME ne savent pas par où commencer pour entamer leur transition. L’objectif est à la fois d’atténuer les impacts de leur entreprise et de l’adapter face aux enjeux climatiques et environnementaux. La 4e partie de cette étude fournit plusieurs pistes, fondées sur une démarche en 3 étapes : s’informer, évaluer, agir.

Un bon niveau d’information s’avère fondamental. L’enquête montre que plus les dirigeants sont informés, plus ils agissent et mettent en place des mesures d’atténuation et d’adaptation. Évaluer concerne aussi bien les risques des impacts liés au climat que les opportunités à saisir. L’étude propose une démarche d’évaluation simplifiée qui pourra être menée par le dirigeant lui-même, un chef de projet en interne ou une personne en alternance ou en volontariat territorial d’entreprise (VTE).

Impacts et business model

3e étape, agir. Bpifrance conseille aux dirigeants deux démarches complémentaires : adapter leur business model et atténuer les impacts de leur entreprise. Car à court ou moyen terme, une partie des mesures prises sera rentable, sans compter les bénéfices en termes d’image. « Pour atténuer les impacts, il faut d’abord passer par une étape de mesure de ses consommations de ressources et de l’impact de ses activités sur l’environnement. Il s’agit ensuite de les diminuer au niveau des postes les plus intéressants en termes de coût-bénéfice », recommandent les auteurs. Énergie, eau, matières premières, déchets, par quoi commencer ? Et comment mesurer la rentabilité des actions envisagées ? La banque publique d’investissement propose un dispositif dédié à cette problématique, le Diag Eco-Flux, adapté aux PME-ETI de 20 à 250 salariés. Elle a également mis en ligne le “Climatomètre”, une démarche simplifiée permettant aux TPE et PME d’auto-évaluer en 15 minutes leur niveau de maturité vis-à-vis de la transition écologique. Autant d’outils pour s’engager dans la transition en optimisant ses investissements.

Business model durable

L’étude de Bpifrance Le Lab donne quelques exemples pour adapter son business model aux évolutions environnementales :

  • prendre en compte les externalités négatives générées par son business model.
  • remettre en question des approches fondées sur l’obsolescence programmée et la course au volume.
  • contribuer activement aux 17 ODD (objectifs de développement durable, définis par l’Organisation des Nations unies, autour du triptyque : lutte contre la pauvreté, prospérité partagée et protection de l’environnement).
  • passer du produit à l’usage en facturant des solutions intégrées.
  • s’inspirer des solutions fondées sur la nature, comme la végétalisation des façades des bâtiments et des toitures plates.